RESET - Chapitre 4



Mon sang bat tellement vite dans mes veines, que j'ai l'impression de le sentir se balader dans tout mon corps. Jennie ne m'a pas encore remarquer. Elle regarde chaque photos, une part une et Dieu seul sait combien il y en a vraiment. Encore une fois, ma mère s'est lâcher. Il y en a des grandes, des petites. On pourrait presque croire qu'on est dans une galerie d'art, sauf que je n'ai rien d'un sujet très captivant... Je n'arrive plus à bouger, comme paralyser, la regardant contempler mon passé. Un passé que je cherche à fuir depuis plusieurs années et pourtant, que je veux retrouver en retournant vivre en Australie. Je suis consciente de ne pas être très logique à mes dépends. Certainement parce que je ne connais rien d'autre... Mais Jennie ? Qu'est-ce qu'elle peut bien trouver à ces photos d'aussi passionnant ? Jamais je n'aurais dû lui dire de faire comme chez elle... C'était vraiment idiot, débile même ! D'un coup, elle tourne la tête vers moi, mais je n'ai pas l'impression qu'elle soit surprise de me trouver de l'autre côté du couloir. Elle réagit plutôt comme si elle m'avait repérer depuis le début, mais qu'elle avait juger ne pas avoir fini de faire ce qu'elle était en train de faire.

- Ca t'allais bien les cheveux comme ça.

J'écarquille les yeux. Peut être et après ? Je serre les dents et les poings. La colère qui est monter en moi en quelques secondes est en train de prendre le l'ampleur. Jennie s'en rend compte, j'ai l'impression, car elle me regarde, étonner. Elle ne devait pas s'attendre à ce que je réagisse comme ça... Elle allait rouvrir la bouche, mais je la devançais, tout en me rapprochant d'elle.

- Personnellement, si j'avais réussi à convaincre ma mère, toutes ces photos auraient fini à la poubelle. Alors ne perds pas ton temps à les regarder.

Je la dépasse, non sans lui jeter un regard réprobateur pour lui signaler qu'elle n'a absolument rien à faire là et descends les escaliers. Elle est juste derrière moi, je l'entends et alors que j'arrivais au milieu des marches transparentes, je manque de me casser la figure. Pourtant, je fais très attention à chaque fois que je les empruntes...

- Ces escaliers sont loin d'être pratique, dit Jennie sur le ton de la plaisanterie.
- Ouais, je sais, dis-je plus froidement que ce que j'aurais voulus.

Mince... Elle me tendait une perche pour essayer de dissiper la tension qu'il y avait à l'étage et moi je... Qu'elle conne ! Je suis vraiment nul pour parler avec les gens. Pourtant, je ne me rappelle pas avoir eu autant de difficultés en Australie. Même après ce qu'il c'est passer... Mais en y réfléchissant sérieusement, je pense savoir ce qui m'a rendu comme ça. L'horrible centre de redressement où j'ai fais ma cure de désintoxication. Et quand je dis " horrible " le mot est encore trop faible pour décrire avec exactitude cet endroit. Quand je pense que ma mère m'y a obliger... Mais tout comme moi, elle n'avait pas envie que j'aille là-bas. Elle avait juste vraiment peur pour moi et ma santé. Elle était en larmes... Jamais encore je ne l'avais vu pleurer avant ce jour où elle m'abandonna pour six mois, alors que je me débattais pour qu'on me laisse partir. Honnêtement, j'avais l'impression d'être une dangereuse criminelle qu'on emmenait à la chaise électrique. Une expérience comme celle-là ne s'oublie pas facilement et je pense qu'elle me poursuivra jusqu'à ma mort.

Nous sortîmes de la maison et je la refermais à clé derrière moi. Jennie resta silencieuse et pendant qu'on marchait pour se rendre chez Youngjae, j'eu vraiment l'impression de l'avoir vexer avec mon caractère de merde. Malheureusement, le chemin risquait de ne pas être très long vu qu'apparemment, Youngjae habitait assez près de chez moi. Or, je ne voulais pas arrive là-bas, alors que Jennie me faisait la tête. Je mis alors toute mon énergie pour trouver un sujet de conversation qui pourrait la distraire et lui faire oublier mes sautes d'humeurs caractérielles. Cela ne fut pas une mince affaire. Car dès lors où j'ai commencer à cogiter, mon esprit se tourna implacablement vers Daehyun. Pour un peu, je me donnerais des claques ! Si encore je comprenais pourquoi je suis s'y obséder par lui... Mais c'est même pas le cas. J'avoue être complètement perdue.

- Jennie ?
- Mmmh ?

Plus froid, tu meurs... Ok. Je crois que je l'ai carrément fâcher. Mais pour autant, je n'ai pas l'intention de m'excuser ou autre. Ca ne m'a vraiment pas plus qu'elle se permette je ne sais quelle liberté dans ma maison. Et même si je lui avais dis de faire comme chez elle, se n'était qu'une façon de parler. Moi, je ne me suis pas mise à fouiller pour savoir s'il restait une goûte d'alcool dans son appart, donc voilà. C'était une simple question de respect que j'ai respecter et pas elle.

- Est-ce que tu sais pourquoi Daehyun a dû partir ce matin ?

Plus j'avançais dans ma phrase, plus les mot devenaient intelligibles. Je ne suis même pas sûr qu'elle m'ai comprise. Mais quand je lui jette un coup d'½il furtif, Jennie tourne la tête vers moi et hausse un sourcil. A ce niveau là, ce n'est même plus de l'étonnement...

- En quoi ça t'intéresse ?
- Je... Je trouve ça bizarre, c'est tout. Je m'attendais à ce qu'il revienne, mais on l'a pas revu de la journée. Tu ne trouve pas ça inquiétant ?

Jennie secoue doucement la tête, une petite moue sur les lèvres. J'ai l'impression qu'elle a déjà tout oublier de notre coup de gueule. Ou alors, elle ne me faisait pas réellement la tête ? Putain... Qu'est-ce que c'est dur d'essayer de savoir ce que pense les gens !

- Non. Ca lui arrive de temps en temps. A cause de sa mère.

Maintenant qu'elle en parle, je me rappelle que Jongup avait dit la même chose. Le visage de Daehyun remplit d'inquiétude et d'angoisse, s'imposa à moi dans ma tête. Merde.... J'ai tout un tas de question que j'aimerais poser. Tout à l'heure je n'ai pas oser parce qu'il y avait les garçons. Et vu qu'ils sont les meilleurs amis de Daehyun, je ne voulais pas non plus que ça remonte aux oreilles de ce dernier. Manquerait plus qu'il apprenne que je m'inquiète pour lui. J'ai déjà du mal à y croire moi-même... Mais avec Jennie j'ai peut être une chance.

- Qu'est-ce qu'elle a ?
- Elle est très malade. Je ne l'ai jamais rencontrer, mais d'après Daehyun, elle ne va pas bien du tout.
- Et tu ne sais pas ce qu'elle a exactement ?
- Non. On dirait pas comme ça, mais Daehyun est quelqu'un qui ne parle jamais de ses problèmes. Il pourrait avoir des comptes à rendre à la mafia, que personne ne le saurait.
- Comment sais-tu que sa mère est malade alors ?

D'un coup, Jennie se tourne presque entièrement vers moi et me regarde les sourcils froncer.

- Tu es bien curieuse, je trouve, dit-elle alors qu'un petit sourire commence à se dessiner sur le coin de ses lèvres.
- C'est juste pour passer le temps, dis-je en haussant les épaules.

Je fais exprès de paraître indifférente, ça va de soit. J'espère bien que cela me mènera à en tirer un peu plus d'information. Jennie a l'air de s'en contenter. Elle pose son bras sur mes épaules et nous continuons à marcher ainsi. Je suis légèrement mal à l'aise à son contacte.

- D'accord. Mais je ne suis pas censé en parler, donc tu n'es au courant de rien, ok ?
- Si ça peux te rassurer.
- Dis-le !
- Je ne suis au courant de rien, dis-je en la regardant dans les yeux. Promis.

Je trouve qu'elle en fait beaucoup pour pas grand chose. Mais ma curiosité est sans limite. Jennie soupira un bon coup.

- On était chez Jongup, rien que lui et moi, dit-elle en regardant droit devant elle. Je m'en rappelle. Ses parents étaient partit en week-end en amoureux et Jongup m'avait proposer de faire pareil, mais chez lui. C'était il y a quoi... Six moi ? Ouais, je crois que c'est ça. Peut être moins. En tout cas, c'était pendant les vacances d'été. Enfin bref... Daehyun a débarquer, complètement paniquer. Le patron de sa mère l'avait appeler pour lui dire qu'elle avait fait un malaise pendant son service et qu'il avait dû l'emmener à l'hôpital. Il y est aller et là-bas on lui a dit qu'elle avait une grave maladie. Il me semble qu'il nous a dit ce qu'elle avait, mais je t'avoue que je ne m'en rappelle plus.
- C'est pas le genre de chose qu'on oublie facilement, lui fis-je remarquer.
- Je sais. Mais vu ce que Daehyun a demander à Jongup juste après, crois-moi que c'est pas vraiment ça que j'ai retenu en premier. Et puis... Ca ne me regarde pas au départ... Rajouta t-elle plus bas en baissant la tête, comme si elle se parlait à elle-même.
- Qu'est-ce qu'il lui a demander ?

Jennie releva la tête.

- De l'argent.

J'ouvris de grands yeux et tournais la tête vers elle. Celle-là, j'avoue ne pas l'avoir vu venir. Un millier de question se bousculèrent dans ma tête. A croire qu'elle était devenue immense...

- P... Pourquoi ? Bafouillais-je.
- A cause des frais médicaux. Daehyun n'avait pas de quoi payer. Je pense qu'en temps normal il serait aller voir Youngjae parce qu'il a plus de moyens que Jongup, mais en août, Youngjae et ses parents partent pour un mois dans les Caraïbes. Alors...

Elle soupira.

- Ne le répète vraiment à personne, hein ? Surtout pas à lui, me dit-elle soudainement en se tournant vers moi.
- Je te l'ai promis il me semble.
- Oui, mais...

Deuxième soupire, beaucoup plus lourd de sens cette fois-ci.

- J'ai pas envie que ça me retombe dessus, non plus.

Je fais la grimace. Ca, elle aurait peut être mieux fait d'y penser avant d'en parler à n'importe qui. A sa place, je pense que je ne confierais jamais les secrets de mes amis à une parfaite inconnue. Même si cette parfaite inconnue me bombarde de question... J'avale difficilement ma salive. Même si je sais que je n'en parlerais à personne et encore moins à Daehyun, j'ai l'impression d'être un monstre. Une culpabilité, dont je ne connaissais même pas l'existence, commence à me tordre le ventre.

- Tiens, on est arriver. C'est la maison de Youngjae, dit-elle en s'arrêtant de marcher.

Elle se tourne vers la gauche et j'arrête de la fixer pour faire de même. Une maison ? Je hausse un sourcil. Un manoir serait un terme plus adéquate pour qualifier la demeure de Youngjae. Grande, beaucoup plus grande que mon cube, on se croirait revenu à une autre époque. Les murs sont en vieilles briques, certaines d'un rouge fané, d'autre plus claire, du lierre pousse sur une bonne partie des façades, il y a au moins quatre cheminées et le jardin est aussi grand que bien entretenu. J'entends Jennie rigoler.

- Comme moi tout à l'heure devant chez toi ! C'est grand, hein ?
- Euh... Ouais.

Elle se rapproche de l'immense portail noir, toujours en riant et sonne à ce que je pense être un interphone. Sans qu'il n'y ai le moindre échange de parole, la grille s'ouvre et Jennie me fait signe de la suivre. J'avoue que j'hésite. C'est beau. Cette maison est magnifique, mais elle a également quelque chose d'inquiétant. Est-ce que si je rentre, j'en ressortirais ? D'un coup, quelque chose que je n'avais pas envisager, me vint à l'esprit. Est-ce que Daehyun sera là ? J'espère pas. Je suis déjà assez mal à l'aise de me trouver ici, alors s'il pouvait me simplifier les choses pour une fois, se serait vraiment cool.

- Qu'as tu dis à ton père pour qu'il te laisse passer le week-end ailleurs que chez toi ? Demandais-je tout en grimpant les marches du perron.
- Quoi ? Demanda t-elle en se retournant vers moi.
- Quand tu étais chez Jongup et que Daehyun est venu lui demander du fric. Qu'as tu dis à ton père ?
- Que...

Elle referma le lourd portail derrière nous et me rejoignit.

- Que le lycée organisait une sorte de sortie éducative, non payante. J'ai moi-même été étonner que ça ai marcher.

Elle ne me regarde pas en me disant cela. Je ne sais pas pourquoi, mais cette histoire de je cache Jongup à mon père et mon père à Jongup, comment sérieusement à m'intriguer. Ca doit forcément cacher autre chose... J'ignore quoi exactement, mais il me reviens en tête toutes les cannettes de bières vides qu'il y avait dans son appartement. Je fronce les sourcils, tout en réfléchissant. Son père doit être saoul pratiquement la plupart du temps. Mais Jennie n'a pas eu peur de me montrer où elle vivait, ni la manière grossière avec laquelle elle mentait à son copain, alors je ne vois pas pourquoi elle me cacherait autre chose. Surtout que j'ai l'impression que je peux tout lui demander, elle me le dira. Mais bon, je peux aussi me tromper... Mais les hommes ivres peuvent être violent, je sais de quoi je parle. Alors peut être que c'est plus grave que ce qu'elle veut bien le laisser croire ?

Avant même que Jennie ai eu le temps de sonner ou de frapper à la porte, cette dernière s'ouvrit. Youngjae se trouvait derrière. Il nous fit un rapide mouvement de la tête pour nous dire d'entrer, puis il s'éclipsa, limite en courant, laissant la porte grande ouverte derrière lui. Jennie poussa un léger soupire et entra. Silencieusement, elle referma la porte derrière moi, puis enleva sa veste est ses baskets. Je limitais en enlevant mes bottes de militaire et la suivis. L'intérieur de la maison est encore plus beau que ce que j'aurais pu imaginer. Je ne sais pas à quoi je m'attendais exactement, mais pas à ça. C'est chaleureux, bien décorer avec toutes sortes de choses, meubles en pagaille, tableaux, objets rares ramener de chaque pays du monde... Pour le coup, je reste sur le cul. L'ensemble de la maison-manoir est dans le noir, à part une pièce, dans le fond. Jennie marcha vers la lumière. Je continue de la suivre avidement et nous finissons par débouler dans une espèce d'immense salon. Ecran plasma, trois canapé et je ne sais combien de console de jeu et autre objet high-tech. Youngjae et Jongup sont là, assit sur le canapé principal, des manettes dans les mains.

- Non !
- Prêt à mourir ? Rigole Jongup.

Je crois comprendre un peu mieux le soupire de Jennie et le fait que Youngjae était presser de nous ouvrir la porte. Apparemment ce soir, c'est gameplay. Jennie et moi nous nous miment à regarder l'écran de la télé. Youngjae était en train de perdre, c'était évident, même si je n'y comprenais vraiment pas grand chose.

- BOUM ! Dans ta gueule !

Jongup saute pratiquement sur le canapé, alors que Youngjae lui donne un coup de coude dans les côtes.

- Je veux une revanche ! Dit-il en relançant une partie.

Jongup est mort de rire. Sans que je n'en comprenne la raison, Youngjae se lève du canapé où il est assit avec Jongup et pars s'asseoir sur un autre. J'entends Jennie pousser un nouveau soupire et ma tête se tourne vers elle. Je la regarde et fronce les sourcils. Qu'est-ce qu'elle a ? Elle se tourne vers moi, me sourit, avant de s'éloigner. Je la suis du regard, jusqu'à ce qu'elle allume une lumière dans une autre pièce. La cuisine. Je décide de la rejoindre.

- Tu veux un truc à boire ? Me demande t-elle en ouvrant le frigo.

Pendant une fraction de seconde, j'envisage de lui demander un verre d'alcool fort. Est-ce qu'on est ici pour faire la fête ou simplement passer une soirée tranquille entre " amis " ? Ma gorge me brûle... Mais je me ravise très vite.

- De l'eau, s'il te plaît.

Je ne la regarde pas et m'assois sur l'un des tabouret du plan de travail. La bruit d'un placard qu'on referme et celui de l'eau qui coule d'un robinet plus tard et Jennie pose mon verre d'eau devant moi. Est-ce qu'on va reste dans la cuisine ? Jennie me le confirme en s'asseyant à côté de moi, une cannette de coca à la main. Troisième soupire. La soirée va être longue...

- Ils sont chiants quand ils sont sur leur console.
- Comme la plupart des mecs.
- Ouais. Mais quand Daehyun n'est pas là pour calmer le jeu, ça part souvent en live.
- Comment ça ? Demandais-je en tournant la tête vers elle.
- Youngjae est mauvais perdant et Jongup en fait toujours trop quand il gagne. Et vu que c'est lui le plus fort des deux... En temps normal, Daehyun ne les laisse même pas jouer ensemble.

Je comprends bien qu'elle est déçu que Daehyun ne soit pas là, mais moi c'est pas mon cas. Peut importe que les deux autres en viennent aux mains. Pour moi, ça reste un grand soulagement.

- Tu fais chier, putain !

Je hausse un sourcil. Je ne pensais pas que Youngjae avait autant de voix... Du coin de l'½il, je vis Jennie lever les yeux au ciel. Elle bu une longue gorgée de coca, avant de repartir, sa cannette à la main, vers le salon.

- Vous ne voulez pas qu'on fasse autre chose ?
- Comme quoi ? Demanda Jongup, visiblement plus intéresser par la télé, que par sa copine.
- On s'ennuie Chaeyeong et moi.

Pourquoi se sent-elle obliger de m'inclure dans sa phrase ? Mais c'est vrai. A part regarder les deux autres imbéciles se gueuler dessus mutuellement, il n'y a vraiment rien à faire ici. Et... Je m'ennuie... Je me rends compte que je suis vraiment de mauvaise foie.

- Aller ! Faisons un truc ensemble, s'il te plaît !

Est-elle en train de le supplier ? Putain, elle a pas cinq ans, non plus ! Mais le besoin urgent de lui venir en aide se fait ressentir tout au fond de moi. C'est pas normal. Je dois être malade. Peut être la grippe ? Il a fait froid ces derniers jours...

- Jennie... J'essaye de jouer, là.

Ca s'entends qu'elle le gêne, pourtant sa voix reste calme. J'ai surtout l'impression qu'il a l'habitude, enfaite. Je décide de me lever et de rejoindre les autres au salon. Mais la scène qui s'offre à moi à ce moment là, est tout bonnement hilarante. Et je pense que si je n'avais pas été aussi mal à l'aise ici, j'aurais sans doute rigoler... Jennie est planter devant Jongup et quand il penche la tête à droite, afin de pouvoir voir la télé, elle se déplace de quelques centimètres, lui cachant la vue. Puis, quand il change de côté et qu'il penche la tête sur la gauche, elle fait de même, tout en lui souriant. Mais le jeune homme ne râle pas, reste calme et alterne les changement gauche, droite, sans aucun commentaire. Ca ne doit pas être la première fois que Jennie en arrive à agir ainsi...

- Non ! Mais j'en ai marre !

Explosion de rire de la part de Jongup. Jennie tourne la tête vers Youngjae, avant de regarder la télé. Le jeune homme balança la manette de jeu sur la table basse en verre.

- En plus cette fois, tu ne peux même pas m'accuser d'avoir tricher, continue de rire Jongup. Je dirais même que j'ai été handicapé.

Puis il attrapa Jennie par la main. La tirant vers lui, le jeune homme se rassit complètement dans le canapé et fit asseoir sa copine sur ses genoux.

- C'est moi que tu qualifie d'handicapant ?

Jennie fit semblant d'être offusquer.

- Handicapé mon cul, ouais ! Rugit Youngjae. Ca reste de la triche !
- Quelle triche ? J'avais Jennie devant la télé !
- Elle est tout le temps en train de t'emmerder, alors c'est du pareil au même !
- Ouais. Et je te bas quand même à chaque fois, dit-il calmement.

Youngjae écarquilla les yeux pendant une demi seconde, avant de se lever d'un coup. Il se rapprocha de Jongup, alors que ce dernier continuait de rigoler. Il resserra son emprise autour de sa copine, comme si la jeune fille pouvait être un bouclier.

- Debout. Viens te battre, dit Youngjae.
- Non, je suis bien là, sourit-il.
- Aller, lève-toi !

Je crois que mon visage se décompose... Non mais sérieusement ils ont quel âges là ? On se croirait dans une mauvaise parodie d'un film de capes et d'épées. Mon regard se pose sur Jennie. Elle est partager entre l'envie de rire et celle de défendre son mec coûte que coûte. J'ai ma dose. Me tournant vers l'immense escaliers qu'il y a dans un coin sombre de la maison, je commence à monter les marches. Il faut que j'aille faire pipi. Ca commence même à devenir urgent... Je voulais le faire chez moi avant de partir, mais avec l'autre fouine, j'ai complètement oublier. Pourtant j'ai vraiment envie... Mais une fois arriver en haut des escaliers, je réalise à quel point cette baraque est immense et j'aurais certainement mieux fait de demander mon chemin, avant de mis aventurer. En plus, l'étage est encore plus plonger dans le noir et j'avoue avoir un peu peur. Non, ce n'est pas ça... Enfaite, je ne dirais pas que j'en ai peur, mais plutôt que je me sens en insécurité. A ce moment là, une ampoule s'allume dans ma tête et les pièces du puzzle se mettent automatiquement en place. Ca y est ! Je sais pourquoi cette maison ne me rassure pas. Un manoir entourer de lierre, complètement isoler... C'est dans une maison comme celle-là que ça c'est passer. Que ma vie a basculer... Mais mes souvenirs de cette nuit là sont encore très floues et pour être honnête, j'ai pas plus envie que ça de m'en rappeler. Pourtant et certainement inconsciemment, j'ai toujours demander à mon esprit de faire de son mieux pour me donner le plus de détails possible.

Mais j'ai beau tout retourner encore et encore dans ma tête, je pense que jamais je ne me rappellerais avec exactitude le moment où tout a chavirer... Ce moment où j'étais déjà piéger avant même de m'en rendre compte... Un bouffée de chaleur m'envahie. Je commence à paniquer et je me sens toute transpirante. Tant pis. Un pas après l'autre, je m'engouffre dans le couloir, tout en cherchant à tâtons un quelconque interrupteur. J'ai l'impression que mon souffle se fait de plus en plus court et que je peux manquer d'air à n'importe quel moment. C'est complètement débile de réagir comme ça, mais je n'arrive pas à m'en empêcher. La peur me tord le ventre. Pourquoi est-ce que je ne suis pas capable de trouver de la lumière ?!

Ma main fini par se poser sur une poignée. Je prie de toutes mes forces pour qu'il s'agisse de la porte des toilettes et l'ouvre. Encore une fois, je cherche un interrupteur. La pièce s'illumine. Mais même si mes yeux s'habituent vite à la luminosité, je reste pétrifier sur place. Cette pièce n'est visiblement pas celle que je cherchais. Portant, mon regard se pose un peu partout dans la pièce et je suis incapable de m'en aller et de refermer la porte derrière moi, comme s'il ne c'était rien passer. Toute peur a disparue. Toutes fois, je suis persuader de ne pas être à ma place ici. Comme Jennie tout à l'heure... C'est ça enfaite. Je l'ai " engueuler " pour un truc que je suis en train de faire. C'est minable...

Mais j'entre quand même dans la chambre aux murs roses bonbons et au parquet aussi blanc que ma peau. Les meubles sont modestes, par rapport au reste de la maison et de couleurs beaucoup plus sereines également. Mais ce qui occupe le plus mon attention, c'est l'immense lit à baldaquin qui trône au milieu de la pièce, contre le mur de droite. C'est une chambre d'enfant, j'en suis certaine. Celle d'une petite fille, à en juger par les couleurs... Mes yeux se posent sur la commode qui se trouve juste en face de moi. Il y a plein de photos, comme chez moi. Sauf que là, c'est complètement différent et quelque chose en moi me donne envie de fondre en larmes. Les cadres sont d'un rose plus foncer et chaque images montrent la même personne. Une fillette, vraiment mignonne, qui n'arrête pas de sourire. Mon regard se stoppe cependant sur un immense cadre accrocher sur le mur, juste au dessus de la commode. Cette fois-ci, la petite fille n'est plus seule, mais avec Youngjae.

J'en déduis facilement qu'ils sont frères et s½urs. Ils se ressemble beaucoup et s'il n'y avait pas une différence d'âge très prononcer, on pourrait même croire qu'ils sont jumeaux. Pourtant, quelque chose me dérange. Ca me tord le ventre. Cette chambre est beaucoup trop bien ranger pour être celle d'une enfant de quoi... Cinq, peut être six ans ? Il n'y a pas un jouet, rien. Et j'ai même l'impression que le lit n'a pas été défait depuis plusieurs années. Merde... Vite, trop vite, je recule d'un pas et referme brusquement la porte, la faisant raisonner dans toute la maison. Un long silence s'en suis et je n'entends plus un bruit provenant du salon. Merde, merde, merde !

- Chaeyeong ?

Jennie. Il faut que je dise quelque chose et vite.

- Ca va, Chaeyeong ?

Youngjae... ? D'un coup, la lumière de l'étage s'allume. L'interrupteur devait être en bas des escaliers... Pourquoi n'y ai-je même pas penser ? Mes yeux se posent d'eux même sur la poignée de la porte, que je tiens toujours dans ma main. Je la lâche et recule encore d'un pas. J'ai une horrible sensation de brûlure sur ma paume.

- Oui, oui, ça va, dis-je en secouant doucement ma main. Je... Je cherche les toilettes.

Je me trouve bête de dire ça comme ça et si ce n'était pas moi, je pense que j'aurais rigoler de la situation. Quoi que...

- Dernière porte au fond du couloir.
- Merci.

Ma voix tremble légèrement, mais celle de Youngjae me semble encore plus étrange. Je ferme les yeux et pousse un petit soupire. Pour qui je vais passer moi maintenant ? Même pas fichu de trouver seule les toilettes... Fais chier ! Je fini par me retourner et contemple la fameuse porte. Une soudaine envie de rentrer chez moi se fait ressentir. Je ne veux vraiment pas rester dans cette maison qui est beaucoup trop similaire à celle de mes cauchemars...



Quand je redescends au salon, ils sont tous les trois silencieux. Sans un mot, je pars m'asseoir sur le troisième canapé, là où il n'y a personne. Jennie est toujours assise sur les genoux de Jongup et elle regarde l'écran de son portable, comme s'il s'agissait de la chose la plus importante au monde. Je commence à me sentir légèrement seule ici... Mes yeux se tourne vers la télé. Les garçons ont changer de jeu visiblement. Ils sont nettement plus calme que tout à l'heure et même si je n'ai jamais été très jeu vidéo, je fixe l'écran dans l'espoir de combler mon ennuie. Mais c'est peine perdue... Puis, au bout de quelques minutes de silence et d'ennuie intenses, je décide d'imiter Jennie et de sortir mon téléphone. Je n'ai vraiment rien de mieux à faire, même si je pense que je vais continuer à m'ennuie... Mais c'est avec une réelle surprise que je découvre que ma mère m'a envoyer un message. Qu'est-ce qu'elle me veut encore ?

- " Salut, ma chérie ! J'ai une grande nouvelle pour toi. Dans peu de temps et si tout se passe comme je veux, peut être que nous irons vivre à New York ! "

Devant ça, je reste stoïque. Mon portable dans les mains, j'ai l'impression que Jennie et les garçons n'existent plus. C'est maintenant qu'elle me dit ça ? Après m'avoir trainer jusqu'en Corée, elle veut maintenant m'obliger à aller de l'autre côté de la Terre ? Je suppose que j'aurais dû sauter au plafond. Car quelque part et même si ce n'est pas l'Australie, c'est quand même mieux qu'ici. Mais sans savoir pourquoi, je n'ai vraiment, mais alors vraiment aucune envie de partir. J'aurais dû pourtant, vu que c'était ce que je recherchais à la base. Et puis, New York est une ville bien plus peuplé que Canberra. Il y aura donc beaucoup plus de moyen et de facilité à trouver ce que j'avais du mal à me procurer en Australie...

Je m'enlève immédiatement cette idée de la tête. Sur ce point là, je pense que ma mère à raison. Je n'étais pas loin de l'overdose quand elle m'a envoyer en cure. Et même si je l'ai détester pour ça, je lui en serais éternellement reconnaissante. Enfin, je crois... Est-ce que je n'aurais pas préférer mourir ? On va partir du principe que non. Donc, hors de question que je retombe dans mes vieilles habitudes, comme qui dirait une certaine personne. Pourtant, comme tout à l'heure quand Jennie m'a proposer un truc à boire, je n'arrive pas à m'arrêter d'y penser. Même si je parviens toujours à retrouver la raison, un part de moi et j'ignore encore jusqu'à quel point, veut continuer à se pourrir la santé... Mon regard se pose sur le message de ma mère, plus particulièrement sur deux mots. Non, il n'y a pas moyen. Ce sera l'Australie ou rien.

- " Salut. Non, il est hors de question que tu me fasse partir à l'autre bout de la planète. Tu m'as prise pour qui ? Un oiseau migrateur ? "

J'espère qu'elle comprendra et que je n'aurais pas à devenir vulgaire. D'habitude, ça ne m'aurais pas déranger, mais là... Je suis petit à petit en train de me rendre compte que tout ce que je veux, c'est pouvoir vivre simplement et sans me prendre la tête. Retrouver la paix que j'ai perdu il y a déjà beaucoup trop de temps. Que ce soit ici, à essayer de paraître normale aux yeux de Jennie et de ses amis, ou en Australie, en mettant petit à petit un terme à ma vie... Alors je décide sur un coup de tête de prendre le taureaux par les cornes et me redresse sur le canapé. Tant que mon dépare pour l'Australie ne sera pas officiel, ma vie sera ici.

- Je prends le gagnant, dis-je en essayant une énième fois de comprendre ce qu'il se passe sur l'écran de la télé.

Je suis consciente qu'il s'agit d'un jeu pour mec et que je n'y comprendrais certainement jamais rien, mais tant pis. Il fallait que je réagisse, que je me réveille de mon état limite dépressif. Trois paires d'yeux se mirent à me fixer. Je tourne la tête vers eux et pour la première fois depuis longtemps, j'ai l'impression de réellement vivre.

Tags : RESET - CHAPITRE 4 - FICTION - K-POP - BLACKPINK - ROSE/CHAEYEONG - JENNIE - B.A.P - DAEHYUN - JONGUP - YOUNGJAE - HETERO - SCHOOL - ROMANCE - DRAME - VIOLENCE

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.226.179.247) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Darkcheonsa

    09/01/2018 at 9:17 AM

    FairyMindless-Exo wrote: ""Mais le jeune homme ne râle pas, reste calme et alterne les changement gauche, droite, sans aucun commentaire. Ca ne doit pas être la première fois que Jennie en arrive à agir ainsi..." MDRRR j'imagine tellement Jongup avec sa tête neutre HAHAHAHA

    Sinon c'était super comme chapitre
    "

    Merci de venir lire ce que j'écris ^^
    Oui, je sais xD

  • FairyMindless-Exo

    08/01/2018 at 9:02 PM

    "Mais le jeune homme ne râle pas, reste calme et alterne les changement gauche, droite, sans aucun commentaire. Ca ne doit pas être la première fois que Jennie en arrive à agir ainsi..." MDRRR j'imagine tellement Jongup avec sa tête neutre HAHAHAHA

    Sinon c'était super comme chapitre

Report abuse